patrimoine RH

Bienvenue à notre nouvelle Happy-Cultrice RH, Mathilde Quentin (C.H.O)

Je suis très heureux d’accueillir Mathilde Quentin au sein de Patrimoine RH.

Mathilde+Quentin+CHO.jpg

Mathilde Quentin

Happy-Cultrice RH

Mathilde est diplômée en Management des organisations et passionnée par la qualité de vie au travail, elle s’est penchée sur la question du bonheur au travail car, l’expérience lui a prouvé que l’activité professionnelle a un impact considérable sur l’épanouissement personnel.

La, où bon nombres de personnes subissent, elle a choisi d’agir dans le bien-être des collaborateurs en mettant à profit ses qualités humaines et sa capacité à manager des personnes de tout horizon. Elle a pu, au cours de son expérience, se sensibiliser à différentes formes d’accompagnement comme le mentorat pour entrepreneurs , manager différents projets et à se documenter sur plusieurs techniques de qualité de vie au travail qu’elle a transmis en tant que Chief Happiness Officer.

Au delà de ce métier qui mêle à la fois la RH, la communication interne, l’événementiel … , elle a un intérêt tout particulier pour la technologie, l'intelligence artificielle et l'innovation qui régiront la façon de travailler de demain. Elle est tournée vers l’humain qui est, à son sens, est l’élément principal et ce, peu importe le domaine de vie. 

Tout le monde mérite d’être heureux et de vivre en adéquation avec ses valeurs, ses principes et ses envies, même au travail !
— Mathilde Quentin

Nous lui souhaitons toute la réussite et le succès qu’elle mérite.

Philippe Zinser

Happy-Culteur RH


Comment cultiver le bien être au travail?

Patrimoine RH - le bien être au travail

D’un point de vue philosophique comme économique, l’entreprise a tout intérêt à cultiver le bonheur au travail. Une étude conduite par le MIT et Harvard  montre que les salariés heureux sont deux fois moins malades, 31 % plus productifs et 55 % plus créatifs.

Pour la génération des Millenials, qui représentera 75 % des actifs en 2025 d'après une étude WoMen’Up, le bien-être est le premier critère de fidélité envers une entreprise. La question n’est donc pas "faut-il être heureux au travail ?", mais plutôt "comment le cultiver ?" Il n’existe pas de recette magique pour y parvenir ! La mission des dirigeants est donc de trouver la meilleure formule, qui relève davantage de la confiance que d’un budget baby-foot.

Avoir conscience des objectifs et impacts 

La clarté est l’un des piliers du bonheur au travail. Il s’agit d’abord de donner du sens, pour que chacun sache pourquoi il travaille, et de préciser les objectifs de l’entreprise. La méthode OKR, adoptée par de nombreuses entreprises tech, permet de motiver ses équipes autour d’un but commun en partageant les objectifs d’entreprise, d’équipes et individuels. Elle repose sur la définition et le partage d’objectifs (par exemple fidéliser les clients), explicitées par des résultats-clés (comme augmenter de 1 % le taux de renouvellement). Tout le monde a ainsi en tête en permanence la direction à suivre et ce que cela signifie concrètement.

D’après l’enquête 2019 de ChooseMyCompany , l’un des premiers critères du bonheur au travail est de voir l’impact de son travail sur la réussite de l’entreprise. Cela passe par des descriptions de poste précises pour que chaque collaborateur soit conscient du périmètre de son poste et de son impact sur les objectifs de l’entreprise. En étant conscient de ce qui est attendu de son travail et de comment ce dernier participe à l’atteinte des objectifs de l’entreprise, le collaborateur développe un sentiment d’utilité et de bien-être.

Enfin, le cadre de l’entreprise doit lui aussi être suffisamment clair pour permettre à chacun de connaître sa marge de manœuvre, tant en termes de décision (par exemple l’autonomie d’un commercial lors d’une négociation) qu'en terme de posture à adopter. À quelles valeurs se référer pour recruter ? Quels sont les critères de validation d’une période d’essai ? Quels sont les horaires attendus de la part des cadres ? Est-il acceptable de déjeuner une raclette dans un open space ? L’explicitation et le partage de la culture d’entreprise sont aussi importants que la définition de règles à respecter pour bien vivre ensemble.

Établir une relation de confiance

Une fois les objectifs et le cadre définis, toutes les conditions sont réunies pour offrir de la liberté dans l’organisation du travail. En effet, les salariés portent de plus en plus d’attention à la flexibilité et à la liberté que leur offre leur employeur. Des horaires de travail flexibles et adaptés au rythme de vie de chacun, et la possibilité de faire du télétravail, sont un bon début. Avoir une salle disponible à l’heure du déjeuner pour la sieste plaît beaucoup aussi !

Les aménagements imposent cependant de faire confiance à ses équipes et de partager la prise de décision. Dans son livre "Reinventing organizations ", Frédéric Laloux encourage les entrepreneurs à donner plus d’autonomie à leurs collaborateurs, pour libérer les énergies et la créativité. Cela peut se matérialiser par des modes alternatifs de prise de décision, comme la sollicitation d’avis. Le principe : toute personne est habilitée à prendre n’importe quelle décision dans l’entreprise, du moment qu’elle sollicite l’avis de ceux qui sont concernés et des spécialistes du sujet.

L’intelligence collective, en permettant à chacun d’exprimer ses idées sur un pied d’égalité, est également un puissant moteur de co-créativité qui peut apporter des axes d’amélioration insoupçonnés. Comme disait Aristote : "La totalité est plus que la somme des parties" !

Cette confiance collective permet aussi de se remettre en cause régulièrement à tous les niveaux de l’entreprise. À la clé, une agilité décuplée et une progression rapide de l’ensemble de l’équipe.

Investir dans l’humain

Le sentiment de progresser et d’apprendre est l’un des principaux facteurs de bonheur au travail. Les entreprises où les salariés sont les plus heureux ont souvent le point commun d’investir dans la formation des équipes. Des équipes formées, ce sont des équipes plus performantes, mais aussi plus motivées, car stimulées intellectuellement au quotidien. Les moyens pour permettre à chacun d’évoluer sont nombreux et souvent peu coûteux, comme les sessions d’échange de savoirs entre collègues (ou "Peer Learning").

Les dirigeants ont également la charge de travailler la qualité des relations entre collègues, de plus en plus importante pour l’épanouissement des salariés. Cela passe notamment par une attitude bienveillante et cohérente de la part des dirigeants. Ils ont la responsabilité d’incarner les valeurs de l’entreprise et de prendre toutes leurs décisions de façon exemplaire. Quoi de plus porteur que de voir son dirigeant ou son manager en action ?

Le manager doit également savoir formuler des demandes justes, bienveillantes et exigeantes pour tirer ses équipes vers le haut. Quel salarié pourrait être heureux, auprès d’un manager ne faisant – ou ne demandant – jamais de feedback ? 62 % des salariés associent d’ailleurs feedback et bonheur au travail, selon une enquête Happy At Work 2019 par ChooseMyCompany.

Dès lors qu’une relation de confiance est instaurée, il devient possible de se parler franchement pour apprécier la qualité du travail de l’autre et le faire monter en compétences. Des méthodes facilement applicables existent pour fluidifier les échanges, comme la communication non violente (CNV). Elle vise à bâtir des relations fondées sur la clarté, l’empathie, la coopération harmonieuse et le respect de soi et des autres… le terreau idéal pour construire une culture du feedback, en toute bienveillance.

Une fois que le bonheur par le travail est en place, l’organisation d’événements réguliers permet de cultiver le bonheur collectif : goûters ou apéros hebdomadaires, déjeuners d’équipes ou séminaires d’entreprise. Un événement convivial renforce l’esprit joyeux et célèbre les avancées, petites ou grandes : projet réussi, nouvel arrivant, contrat signé !

Finalement, le bonheur au travail est un Graal accessible à tous. Il repose sur la mise en place d’actions concrètes et, surtout, sur la conviction que l’humain reste la priorité dans l’entreprise. Dirigeants et managers, à vous de jouer !

Source : Les échos

Par Philippe Chazalon (Co-fondateur et co-CEO d’UpSlide)

Patrimoine-RH partenaire et commanditaire engagé du "Grand cocktail annuel sur le thème de la mobilité durable"

Mobiliter.jpg

Convaincu que nos sociétés et nos entreprises ont les mêmes défis à relever pour l’avenir si elles veulent réussir leur développement à long terme. Elles doivent prendre soin des Humains qui les composent, que ce soit les villes ou les entreprises, elles doivent redoubler de bienveillance pour conserver et attirer de nouvelles personnes. Le développement durable est une des 7 valeurs de Patrimoine-RH, car investir dans le bien-être de ses ressources humaines, c'est investir dans l’avenir et le développement de son organisation.

Rendre les gens plus heureux au travail, permet de contribuer à rendre des familles plus heureuses et par conséquent, une société meilleure
— Philippe Zinser - Happy-Culteur RH

Patrimoine-RH est surtout connue au Québec par son accompagnement à transformer les entreprises traditionnelles vers un mode agile et humain, appelé « Entreprise libérée »!

Découvrez les entreprises du Québec qui ont décidé de miser sur la confiance, l’intelligence collective, la responsabilisation, le partage, le bonheur et le plaisir de leurs collaborateurs.

Le rendez-vous annuel incontournable de la mobilité durable! Venez rencontrer les acteurs de la mobilité durable! Retrouvez la page de l’événement en cliquant ici.

Libérée, délivrée : c’est décidé je vais transformer mon entreprise!

Libérée, délivrée : c’est décidé je vais transformer mon entreprise!

« Ça y est, je m’assume comme dirigeant, je fais comme je le sens, j’arrête d’être malheureux dans un rôle qui ne me ressemble pas! Oui, j’ai les meilleurs collaborateurs et je vais leur prouver! »

Avez-vous un jour pensé comme cela?  Avez-vous déjà eu envie de gérer votre organisation comme bon vous semble et non comme tout le monde fait?

Tout va bien… Jusqu’à l’arrivée au bureau, où la pression des chiffres, des commérages et autres discussions de couloirs et de l’image, vous ont empêché d’oser prendre la décision. Puis, c’est la routine qui a continué son chemin.

Prendre une décision collectivement

Et si vous preniez cette décision avec toute l’entreprise? Et si au lieu que de porter ce choix tout seul (comme d’habitude!) vous proposiez à l’ensemble des collaborateurs(trices) de faire le choix collectivement?

Concrètement, vous avez tout à gagner à en faire une décision commune. Entre la possibilité constructive d’être redevable à votre équipe – et d’ainsi devoir rendre autant de comptes qu’eux-mêmes face aux changements et améliorations posées – vous venez chercher la richesse de la collectivité et les dizaines de bonnes idées et d’intérêts variés de vos collègues motivés.

Imaginez, vous rassemblez tous vos collaborateurs pour leur présenter via une conférence le concept, vous leur laissez une semaine de réflexion, pour finir par les réunir à nouveau le temps de répondre à leurs interrogations. Un processus inclusif pour rassembler les bons plans de tout le monde!

Plus besoin de formation sur le changement auprès de vos collaborateurs, ils deviennent le changement!
— Philippe Zinser

Pourquoi libérer votre entreprise?

Pour la rendre plus agréable, plus humaine, plus flexible, plus innovante et par conséquent plus engageante pour votre équipe et donc plus profitable! Ne perdons pas de vue qu’une entreprise doit être rentable si elle veut perdurer.

Une entreprise qui réussit n’est plus uniquement une entreprise ou le chiffre d’affaires est en croissance à deux chiffres. Mais bien une organisation qui prend soin de ses collaborateurs, qui prend soin de son environnement social et sociétal.

Au final, ce que retiendra la Société de votre entreprise ce n’est pas votre CA, votre % d’augmentation annuelle, ou les profits réalisés, mais bien ce que l’organisation aura contribué humainement.

Restaurer la confiance, c’est la transparence d’offrir la possibilité à chacun de grandir avec et dans l’entreprise. Et ça n’a pas de prix! Chacun devient un acteur de la réussite de l’entreprise et par conséquent vous développez aussi le bonheur de vos clients.

Alors, vous aussi “Let It Go!

L’Encre, une entreprise de Châteaubriant (France) décide d’offrir le meilleur environnement possible à ses collaborateurs. L'entreprise libérée au service de l'Humain!

Il n’y a pas de hasard, j’en suis convaincu et une fois encore la vie me le confirme!

L'encre entreprise libérée

Lors de mon dernier voyage en France, j’ai eu la chance de rencontrer Nathalie Cerisier et Arnaud Colin, deux personnes animées par une vision Humaine du monde du travail et des besoins spécifiques des personnes les plus fragiles. Tous deux sont à la tête de l’entreprise l’Encre.

C’est en février 2019 qu’ils décident de transformer leur organisation en entreprise collaborative (concept de l’entreprise libérée). Ils sont persuadés que l’Homme (avec un grand H) est bon et qu’il est bien supérieur aux compétences pour lesquelles il a été recruté! Cette transformation est basée sur le développement et l’épanouissement personnel de leurs collaborateurs au profit de leurs clients, et de l’entreprise. Des collaborateurs heureux au travail contribuent à des familles heureuses et donc à un monde meilleur.

Voir le beau dans chaque être humain

L’entreprise L’Encre s'adresse aux enfants, adolescents, adultes et séniors. Ils offrent des locations d'appartements aménagés pour les personnes à mobilité réduite, de l’accompagnement personnalisé (au domicile, en établissement...), des séjours personnalisés et adaptés à la carte (France ou étranger).

C’est en septembre 2014 que L’Encre voit le jour après une réflexion de plusieurs années de Nathalie. Comment répondre aux besoins spécifiques de chaque personne tout en mixant les différences pour rendre la vie plus riche et belle pour tout le monde?

Être la référence dans l’accompagnement Humain!

Créée dans une ancienne imprimerie de Châteaubriant en France, l’entreprise L’Encre a pour souhait de contribuer humainement à un monde meilleur.

Mais Nathalie Cerisier et Arnaud Colin ne s’arrêtent pas là!

Convaincus qu’ils peuvent aussi « contaminer » d’autres chefs d’entreprises de la région, ils organisent avec des partenaires locaux, ateliers et conférences pour faire découvrir le concept du travail auto-organisé (TAO), ou entreprise libérée à plus de 90 acteurs de la région.

...l’on ne travaille plus pour gagner sa vie, mais où on gagne à travailler!

Il est possible de faire de nos organisations des lieux agréables ou l’on ne travaille plus pour gagner sa vie, mais où on gagne à travailler! L’entreprise L’Encre en est un excellent exemple!

Leur mission

Prendre soin de l’HUMAIN
20190515_110012_HDR.jpg
LENCRE_LOGO_SIGNATURE.jpg